Réécoutez l’émission du samedi 18 mai sur le “boom” de la Corée

Séoul en 2003, de Smulan77 (cc)

Séoul en 2003, de Smulan77 (cc)

La Corée fait boom. Il y a un demi-siècle, la République de Corée, à peine sortie d’une guerre sanglante avec son voisin du Nord, était l’un des pays les plus pauvres du monde. Les statistiques de l’OCDE et de la Banque Mondiale montrent que son PIB par habitant était équivalent à celui du Cameroun et de l’Indonésie aujourd’hui. Cinquante ans plus tard, le pays du matin calme dont le modèle économique est montré en exemple dans le monde entier, affiche une croissance insolente. C’est la 4e puissance économique d’Asie et la 15e mondiale.

Territoire dépourvu de toutes ressources naturelles, géographiquement isolé à cause de la situation avec son voisin du Nord, la Corée du Sud a su contourner les obstacles et s’inventer un modèle prospère à force de rigueur et de travail, au prix parfois d’une répression politique forte.

Mais la Corée du Sud ne se résume pas aux villes Samsung, à Hyunday et aux robots. Le pays est également champion du soft power : il n’exporte pas uniquement des voitures mais aussi de la culture. A travers ses séries télévisées, les dramas, et sa K-pop – la version modernisée de nos boys et girls band des années 90 – interprétée par des artistes construits de toute pièce dans des écoles spéciales, une image bien maîtrisée du pays est véhiculée, avec au premier plan les valeurs familiales, l’amitié et l’amour platonique.

Mais pendant que le pays du matin calme devient le pays où l’on ne prend plus le temps de dormir, un autre boom fait trembler la Terre entière. C’est celui de la bombe atomique, que le Nord brandit en menace, alors que la paix sur la péninsule n’est assurée que par un fragile armistice. Depuis le début de l’année, la tension ne cesse de monter, Pyongyang a procédé en février à son troisième essai nucléaire…

La réunification est elle envisageable, voir possible ? Quelles sont les conséquences de ses tensions pour les Coréens ? Jusqu’où ira Séoul en terme de développement et quelles sont ses limites ? Après la télévision, la musique et la téléphonie, de quel marché la Corée va-t-elle s’emparer ?

Pour cette émission, nos invités étaient François Bougon, journaliste au Monde ancien responsable de la région Asie, Edouard Pflimlin, chercheur associé à l’IRIS spécialiste des questions de défense, et – en direct depuis Séoul – Benjamin Joinau doctorant à l’EHESS.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: