Cyberconflits : quelle réalité, quels enjeux ?

En juin 2010, le monde découvre l’existence de Stuxnet, un ver informatique capable d’espionner et de reprogrammer des systèmes industriels. Finement conçu, le virus ne s’attaque qu’à des cibles déterminées : en l’occurrence le système nucléaire iranien.

Les objectifs visés, l’ampleur et l’efficacité du programme, permettent de déterminer rapidement qu’il ne s’agit pas d’une simple attaque de hackers, mais d’une opération mise en place par un Etat.

Stuxnet n’est qu’un exemple parmi d’autres de la cyberguerre à laquelle se livrent les Etats. En Europe, la Lituanie, l’Estonie, la Géorgie et dernièrement l’Ukraine auraient été victimes d’attaques informatiques de grande ampleur ayant par exemple eu pour effet de paralyser leur fonctionnement pendant plusieurs heures.

La France elle aussi serait ciblée : en 2013, le ministère de la Défense a recensé 780 attaques, contre 195 deux ans plus tôt. Face à l’accélération de la menace, le Livre blanc de la défense, réécrit en 2013, a fait de la cyberdéfense une “priorité nationale” et entériné la volonté de Paris de se doter d’une capacité militaire offensive dans ce domaine.

Cyber Command officials define unit's scope

A Eglin Air Force base, en Floride (Etats-Unis)

Si aucune victime de cette guerre n’est pour l’instant à déplorer, les conséquences du cyberespionnage ou d’une cyberattaque peuvent être catastrophiques : l’informatique étant omniprésent dans nos sociétés modernes, les cyberassaillants peuvent toucher aussi bien les ordinateurs des particuliers, que l’alimentation énergétique d’un Etat ou même son équipement militaire.

Que signifie précisement le terme de cyberguerre ? Est-ce un concept nouveau ? La cyberguerre constitue-t-elle un risque véritable pour les Etats et leurs populations ? Quelles conséquences ces nouveaux outils ont sur les relations internationales ? Quels pays tirent leur épingle du jeu ?

Ce sont les questions que nous avons abordées tout au long de cette émission en compagnie de notre invité, Olivier Kempf, chercheur associé à l’IRIS et auteur de l’ouvrage Introduction à la Cyberstratégie, publié aux éditions Economica.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: